Elle est un corps, exactement comme moi. Mais il n'y a plus de vie en elle. Quand je la regarde, c'est exactement comme si quelqu'un me regarde moi, un humain face à un autre humain. Mais elle, elle est morte.

Elle est dans une boîte. Elle est dedans, on ne la voit pas. 

Et puis je n'ai pas envie de penser à ces longues semaines , des mois, même, où elle a décliné malgré sa combativité et les traitements. Je préfererais penser à autre chose, franchement.

Je regardais une photo d'elle, rieuse. C'est ainsi que je voudrais la garder.

Je voudrais qu'elle ne soit pas morte.

J'ai le sentiment que si je ne vais pas à son enterrement, elle ne sera pas morte, justement. Je pourrai continuer à penser à elle comme si elle était toujours là.

Rester en dehors de ces gestes énigmatiques, secouer tout cela d'un coup de tête , que la vie triomphe  - non, elle n'est pas morte ! D'ailleurs d'un coup d'oeil je la crée devant moi, je raconte une bêtise, elle rit. Et puis l'amour est plus fort que la mort, non?

Mais demain je verrai les autres, je lirai dans leurs yeux. On aura envie de pleurer.

Si. Il faut bien aller lui dire au revoir, en se tenant très fort la main, nous tous ensemble.